Revenu universel et expérimentations pour l’innovation sociale

Comme beaucoup d’autres pays, la Finlande est entrée en récession après la crise financière de 2007. Puisque le taux de chômage augmentait et qu’il devenait de plus en plus difficile de maintenir nos services publics, beaucoup de solutions ont été essayées et suggérées. L’un des moyens les plus ambitieux de résoudre les problèmes financiers auxquels fait face la Finlande est la réinvention de notre système de sécurité sociale. Quelque temps auparavant, la nature de notre système de sécurité sociale très inclusive a été remise en question une fois qu’elle a été accusée d’apaiser les plus pauvres. Beaucoup de prestations sociales sont basées sur le revenu, et donc dans de nombreuses situations, le travail n’augmente pas le revenu disponible.

Dans quelque système de sécurité sociale, travailler augmentent les revenus familiales, ne signifie automatiquement améliorer la situation sociale, surtout si on parle de personnes pauvres. En certaines cas les revenus du travail peut générer une substitution avec les prestations sociales prevues pour les pauvres. Ce situation est appelé piège de la pauvreté. Il n’y a pas aucun avantage entre avoir un travail ou être au chômage pour personnes qui perçoivent revenus bas.

 

Évidemment, ce n’est pas une caractéristique attrayante d’un système de sécurité sociale, qui devrait assurer la sûreté et aider les personnes dans des situations difficiles auxquelles elles doivent faire face pendant leur vie. Lorsque le système rend difficile le bénéfice du travail et d’autres types de la vie active, ça devient, en fait, un système qui perpétue les épreuves au lieu de les éliminer. La société finlandaise a toujours été concentrée sur l’inclue de tout le monde et sur offrir à chacun les meilleures occasions de s’améliorer, mais il semble de plus en plus que le système actuel ne les fournit plus.

Comme solution aux problèmes de motivation de la sécurité sociale, le revenu de base, ou revenu universel, a reçu un accueil favorable de plusieurs voix politiques. L’idée du revenu de base est que tout le monde, généralement plus d’un certain âge, reçoit une somme d’argent chaque mois, sans aucune question. Comme le disent les défenseurs du revenu universel, cela supprime les problèmes de motivation auxquels fait face le système traditionnel qui est lié aux ressources. Comme la somme d’un payé ne diminue pas avec le revenu, on peut trouver un emploi à court terme sans crainte de perte de prestations. La gauche politique considère le revenu de base comme une possibilité de donner aux travailleurs plus d’influence sur le choix d’emploi et le droit politique le considère plus comme une solution aux problèmes d’incitation habituels. À travers le spectre politique, le revenu universel est perçu comme un moyen de permettre aux gens de lancer une entreprise, de prendre des risques et de les aider à poursuivre leurs rêves, car il y aurait toujours quelque chose sur lequel ils peuvent se rabattre, même si l’entreprise ne réussit pas comme prévu. Un point de vue intéressant offert dans une dissertation de SITRA, un fonds fondé par le gouvernement finlandais qui cherche des moyens d’apporter un meilleur avenir, affirme que le revenu de base pourrait aussi être considérée comme le début d’une nouvelle époque d’universalisme. Dans un monde où, depuis des décennies, l’individualisme en politique est favorisé, le revenu universel est un droit universel et doit être rebaptisé comme un effort collectif pour l’amélioration de tous. Cela unifierait les personnes pendant une période difficile en même temps que l’avancement de la technologie peut menacer les emplois et les gagne-pains de la plupart des gens.

Généralement, la réalité n’est pas bien entendu aussi belle qu’elle semble. En Finlande, les partis politiques ont suggéré des niveaux de revenu de base qui vont de 440 € par mois à 620 € par mois et un certain niveau de revenu lié aux ressources resterait en plus de cela. Cela signifie évidemment que tous les problèmes d’incitation ne disparaissent pas. Un revenu universel qui garantirait une qualité de vie acceptable exigerait des taux d’imposition si élevés qu’ils constitueraient eux-mêmes un énorme obstacle à l’activité économique, même ici en Finlande, où nous sommes quelque peu habitués aux impôts élevés. Au même temps, certains partis craignent que l’effet de donner de l’argent inconditionnel aux gens les rendrait passifs car leur revenu est garanti même s’ils ne contribuent pas à la société. Les différents points de vue sur les effets du revenu de base et le manque de recherches empiriques sur le sujet ont augmenté l’importance de l’expérimentation sur le revenu universel pour le gouvernement actuel finlandais.

Au début de cette année, une expérience sur le revenu de base a commencé en Finlande. Un revenu de 560 € par mois a été donné à 2000 finlandais à faible revenu pendant deux ans, et ils ont été suivis pendant cette période. Le revenu universel a remplacé certains bienfaits liés aux ressources, mais pas tous. L’objectif de l’expérience était de savoir si le système de sécurité sociale pourrait être simplifié et modifié d’une manière qui soutient le travail et la contribution à la société. Des statistiques différentes, par exemple le taux d’emploi, ont été suivies et on essayait de voir si le revenu répond aux attentes qui l’accompagnent.

Même si l’expérience est acclamée et accueillie par beaucoup, elle a également attiré les critiques. Le niveau de revenu dans l’expérience a été jugé trop élevé, car le niveau s’il était mis en place en Finlande serait probablement plus bas à cause du coût d’une sécurité sociale universelle. Le manque de niveaux différents donnés aux bénéficiaires ne nous permet pas d’estimer en outre les effets liés au niveau de revenu.

Malgré les critiques, c’est la voie à suivre. A travers le monde, les gens sont confrontés à un monde en constante évolution où les progrès technologiques et sociaux forment nos sociétés. Nous devons trouver des moyens de s’assurer que chacun bénéficiera de la richesse croissante et de s’assurer que tout le monde puisse contribuer au bien des autres d’autant que l’automation augmente. Pour prendre les bonnes décisions pour développer nos sociétés, nous devons faire confiance aux preuves fiables et l’une des meilleures façons d’obtenir cela est des essais randomisés et contrôlés. Nous recueillons non seulement des informations précieuses sur les effets d’un avantage social universel, mais cette expérience crée également un précédent pour tester les innovations sociales et trouver ainsi les meilleurs moyens pour l’avancement de l’humanité. Comme l’expérience n’a duré que quelques mois, nous ne sommes pas encore plus avisés à propos du revenu de base, mais nous espérons que, après deux ans, nous aurons une image plus claire des moyens de soutenir les gens pour une société prospère.

de Helsinki, Finlande

Touko Vaananen

Traduction de Séafra Ó Faoláin

 

Références:

Roope Mokka and Katariina Rantanen, ”Perustulo ja uusi universalismi”. https://www.sitra.fi/artikkelit/perustulo-ja-uusi-universalismi/, Accessed 23.4.2017.

http://www.kela.fi/web/en/experimental-study-on-a-universal-basic-income. Accessed 23.4.2017.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *