Un nouveau ’68 : la France pendant grèves et blocages

Cinquante ans après mai ’68 la France revit une grande mobilisation universitaire. Le 15 février 2018 la loi Vidal (ou loi ORE) a été votée.Il s’agit d’une loi qui se pose principalement l’objectif de modifier les modalités pour intégrer un cursus universitaire.

Cette necessité s’est produite suite à la constatation qu’environ un étudiant sur deux rénonce au cursus frequenté même avant d’avoir terminé la première année. Pour pallier à ce problème le nouveau système mis en place voudrait imposer aux jeunes le choix d’un parcours précis et constant en envisageant déjà leur cursus universitaire aux moment du choix du lycée , tout en gardant le meilleur rendement possible afin d’obtenir une priorité grâce au mérite. La loi prevoit en plus la disparition de la securité sociale étudiante, ce qui obligerait les étudiants à être rattachés à la securité sociale de leurs parents. Ce qui remplacerait cette depense serait une contribution unique pour la vie étudiante à payer au moment de l’inscription selon le cursus frequenté, à moins d’être boursier.

Suite aux réactions négatives vis à vis de la loi de nombreuses manifestations ont étè organisèes jusqu’au mois de février, quand les étudiants de l’université Paul Valéry de Montpellier ont decidé de bloquer le site après une assemblée composée d’environ 3000 participants. Il ne s’agît pas de la seule université qui a opté pour cette solution. On estime que 15 universités sur 400 en France se sont retrouvées en état d’occupation durant ces derniers mois. À la moitié du mois de mars on a toutefois assisté aux premières violences à cause de l’occupation de la part des manifestants de l’amphithéâtre de la faculté de droit de Montpellier. Celle-ci s’est terminée par l’intervention d’un groupe armé entre le 22 et le 23 mars dernier.

étudiants votent pendant une assemblèe à la faculté de Lettre à Aix-en-Provence 

Un cas qu’il faut aussi analyser est celui de la capitale et sa banlieue. Le symbole de la révolte étudiante de cette zone est devenu le campus de Tolbiac de l’université Panthéon Sorbonne – Paris I, qui a été occupé dès la fin du mois de mars jusqu’au 20 avril dernier, quand l’intervention de la police a porté à l’évacuation des 150 personnes presents dans le bâtiment. Suite à cet evenement les occupants se sont deplacés vers le centre Censier de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris III, occupée depuis lundi 9 avril.

Étudiants contraires

étudiants contraires au blocage de la faculté de Loi à Montpellier

 Les étudiants de Tolbiac n’étaient pas étrangers au campus : ils avaient déjà participé aux assemblés générales des jours précedents, en prenant même part au vote.Ce qui a en effet divisé les opinions des étudiants sur l’occupation a aussi été le fait que pendant les assemblées aucun contrôle de cartes étudiants n’était mis en place par les responsables, ce qui a permis à toutes les personnes présentes de participer aux votes (étudiants d’autres universités, representants de syndicats des travailleurs…). Plusieurs personnes soutiennent que l’université Paris III a été occupée à travers un systeme de vote antidémocratique et faussé, allant jusqu’à inviter des personnes exterieurs à l’univesité grâce aux réseaux sociaux en pénalisant tous les étudiants qui ne pouvaient pas se rendre à l’AG. Les organisateurs ont souvent été reprochés d’avoir refusé le vote en ligne (accessible à travers l’ENT), en soutenant que cette méthode n’aurait pas garantie l’anonymat.

Une autre critique contre le mouvement a été le choix des dates du blocage, qui coïncidaient avec les dates de début des examens. Pendant les jours suivants l’occupation il a été nécessaire pour l’administration et pour les professeurs de trouver des solutions alternatives à leur programmes, de manière à éviter que les étudiants perdent leur année tout en ne pas cedant à la demande des occupants d’avoir un 10 améliorable pour tous. Les étudiants avec un statut particulier (comme par exemple les Erasmus) ont été admis aux salles de cours à partir du 12 avril, date auquel le blocus est devenu filtré suite au vote conduit pendant l’AG du jour précedent.

Après l’intervention policière du 30 avril les occupants ont decidé de continuer leur manifestation dans les rues, en poursuivant le projet de la “convergence des luttes”, unis à d’autres groupes en grève ressortissants du monde du travail, en particulier les cheminots. Une partie des enseignants a aussi decidé d’entrer en grève après cet evenement.

étudiants et cheminots réunis dans la convergence des luttes

Sur le territoire français il ne reste plus aucune faculté bloquée. La dernière évacuation a été celle de l’université Paris Nanterre, debloquée dans le calme dans la journée de mercredi 13 juin. Les premières estimations des dégradations données par le ministère montent à environ 2 millions d’euro sur l’ensemble du territoire français.

Paris, Beatrice Cerri

 

Références:

http://etudiant.lefigaro.fr/article/quels-sont-les-campus-universitaires-bloques-ce-jeudi- _d4bda9e8-38a9-11e8-85ee-f92b22a66fc4/

http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/02/15/le-premier-syndicat-etudiant-retire-sonsoutiena-la-reforme-de-l-acces-a-l-universite_5257426_4401467.html

https://actu.fr/grand-est/nancy_54395/blocage-facs-etudiants-disent-oui-la-reprise-coursnancylunef-pas-daccord_16285585.html

https://mobile.francetvinfo.fr/societe/education/parcoursup/l-article-a-lire-pour-comprendrelesblocages-dans-les-universites_2694614.html#xtref=acc_dir

 

– Loi

http://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201711/orientation_et_reussite_des_etudiants.html

 

–  Tolbiac/Censier/ damages/ damages Montpellier

http://etudiant.lefigaro.fr/article/universites-bloquees-plus-d-un-million-d-eurosdedegats_04a75fee-478e-11e8-9455-ca5abf1dba7b/

 

http://etudiant.lefigaro.fr/article/universite-evacuation-dans-le-calme-a-montpellier-carlesbloqueurs-sont-en-vacances_f4f695c6-46cd-11e8-9455-ca5abf1dba7b/?utm_campaign=Echobox&utm_medium=social_lefigaro&utm_source=Facebook

 

http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/04/30/mouvement-etudiant-le-site-de-censierevacuepar-la-police_5292614_4401467.html

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/04/30/97001-20180430FILWWW00020-universite-lesitede-censier-evacue-a-paris.php

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/04/23/97002-20180423FILWWW00299-universites-plus-d1million-d-euros-de-degats-vidal.php

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *