Nüshu: la voix silencieuse des femmes

Image source - Pexels.com

Author

Giulia Falcini

Giulia Falcini

“Chaque fois que je monte dans le bus qui me conduit de Guilin à Jiangyong, je regarde par la fenêtre et je pense à la puissance du yuánfèn 缘分 (un concept issu de la religion populaire qui incarne la « coïncidence fatidique ») qui m’a amenée à me sentir chez moi dans un lieu si éloigné et inexploré.”

C’est ainsi que commença mon voyage « physique » pour découvrir ce coin du monde qui, sans le savoir, représentait précisément cette pièce du puzzle que je cherchais depuis un certain temps. Jiangyong, et en particulier le village de Puwei, représentait une combinaison parfaite entre mon amour pour la Chine, pour le peuple chinois et pour sa culture millénaire : la sublimation d’idéaux que j’admire depuis des années, mais que j’ai rarement trouvés enfermés dans un seul lieu.

Mon voyage « spirituel » est né dans une salle de classe universitaire, cet endroit que nous considérons souvent comme un conteneur de notions abstraites, et dont nous avons hâte de nous évader  pour donner du concret aux mots des manuels. Et c’est précisément dans ces classes que, grâce aux descriptions de mon professeur, j’ai eu la grande chance de pouvoir commencer à voyager en esprit et de tomber amoureux d’un pays avant même de le visiter. Et c’est précisément à l’intérieur de ces murs que j’ai entendu parler du nüshu 女书 pour la première fois : mon esprit a immédiatement décidé que je devais l’approfondir, l’apprendre, être passionné par lui. Et il en fut ainsi.

“Le Nüshu : l’écriture qui a donné une voix aux femmes” a été une autre grande aventure, qui m’a permis de réfléchir sur de nombreux détails de mes expériences, d’approfondir les particularités de ce phénomène culturel splendide et de prendre conscience de la beauté de tant de lieux et de personnes. L’idée de ce livre est née il y a environ deux ans, quand, à l’été 2018, je me suis retrouvée à parler de nüshu avec le professeur Zhao Liming, dans son étude à l’Université Tsinghua de Pékin : j’ai immédiatement pensé que ces merveilleuses histoires ne pouvaient pas rester uniquement pour moi.

Giulia Falcini a ecrít “Il Nüshu, la scrittura che diede voce alle donne”, CSA Editrice

QU’EST-CE QUE LE NÜSHU?

Nüshu signifie littéralement « écriture féminine » en chinois. Sa prononciation est basée sur le dialecte local des villages situés autour du comté de Jiangyong, dans la province du Hunan, dans le sud de la Chine. Il y a environ 396 caractères féminins, chacun correspondant à une syllabe du dialecte. Contrairement au chinois, ces idéogrammes transcrivent donc des sons et non des significations et correspondent chacun d’eux à de nombreux caractères chinois Par conséquent, il est nécessaire de connaître le contexte pour en comprendre la signification. Il est difficile d’établir une date précise pour la création du Nüshu (qui a probablement eu lieu vers 1700) car cette question fait l’objet d’un débat constant parmi les universitaires. L’écriture féminine est certainement née en réponse à la société patriarcale de l’époque, qui mettait inévitablement les femmes dans une condition de soumission. Un aspect fondamental qui a conduit à la naissance de cette langue est le fait que les filles ne pouvaient pas aller à l’école : pour rester en contact les unes avec les autres, surtout après le mariage, elles ont donc inventé leur propre système de communication. Le Nüshu représentait également un moyen d’échapper à la vie quotidienne écrasante, un monde parallèle dans lequel les femmes se réfugiaient, où elles pouvaient trouver de la compréhension et pouvaient extérioriser leur souffrance. Ce n’est pas un hasard si, selon la légende, le Nüshu a été créé par une fille du village de Jingtian qui avait été choisie comme concubine de l’empereur. La femme n’a pas été bien reçue à la cour et la solitude et la nostalgie de ses proches l’ont amenée à créer une nouvelle écriture, différente de celle des hommes, pour donner libre cours à ses pensées et les communiquer à sa famille.

Le Nüshu est “une langue des femmes et pour les femmes” car c’est à partir d’elles qu’elle a été conçue et mise au monde. Cependant, il est important de souligner que la langue féminine n’a jamais été une écriture secrète, mais c’étaient plutôt les hommes qui ne s’y intéressaient pas, car ils ne donnaient pas de valeur aux créations des femmes.

En fait, si l’on considère les très petits endroits dans lesquels la culture Nüshu est née, a vécu et continue à être transmise, il est impensable de croire que la partie masculine de la société n’ait jamais remarqué ces caractères rhomboïdes qui recouvraient les objets fabriqués par les dames ; il est aussi impossible de croire que les hommes n’avaient jamais entendu les mélodies qui résonnaient dans les ruelles des villages. Les événements historiques et sociaux ont conduit à un grand changement dans l’importance accordée à l’écriture féminine : les hommes ont commencé à s’intéresser au Nüshu, dans dans cette région ils en parlent fièrement comme d’un symbole qui la caractérise et beaucoup d’entre eux sont directement impliqués dans la promotion de ce phénomène. Et ce n’est pas un hasard si aujourd’hui, dans les villages, quand les femmes commencent à chanter, tout le monde s’arrête pour les écouter, y compris les hommes : ils ne le font pas par devoir ou par respect, mais parce qu’ils sont vraiment capturés par ces beaux sons.

Et ce sont précisément les chansons qui agissent comme vecteurs des sentiments féminins les plus intimes, profonds et confidentiels ; ils traitent tous types de thèmes, des moments heureux aux plus décourageants.

LES PERSONNES : LE SOUFFLE VITAL DES TRADITIONS LOCALES

“Les lieux du Nüshu m’ont appris qu’on peut être riche même sans eau courante à la maison et que l’humilité et le bon cœur sont la base de toute grande personne.”

Bien que les caractères représentent l’aspect le plus fascinant de cette culture, ce n’est qu’en visitant et en découvrant les villages autour de Jiangyong qu’on ne peut prendre conscience d’une grande vérité: le Nüshu n’est pas seulement une langue, mais c’est un phénomène culturel. En fait, son existence est étroitement liée à celle des traditions locales, des fêtes populaires et des populations locales.

Dans mon livre, il y a beaucoup de personnages qui ont qui ont vécu et transmis le Nüshu: Chen Xinfeng et Hu Yanyu sont certainement parmi les noms que le lecteur ne pourra pas oublier. Le grand accueil qu’elles me réservent à chaque fois dans leur maison du village de Puwei, m’a permis d’aller au cœur de leur culture et à 360 degrés, de comprendre comment cette culture est perçue aujourd’hui, d’écouter beaucoup d’histoires, d’enregistrer beaucoup de couleurs, de sons et de gestes. Les deux femmes – mère et fille – conservent les traits typiques des femmes qui, il y a plus de trois siècles, ont eu la force de créer un monde parallèle à ce qui les détruisaient. Difficile d’exprimer par des mots la bonté qui les caractérise, mais c’est leur complicité qui frappe le plus ceux qui les observent lorsqu’elles entonnent des chansons Nüshu ou quand, délicatement, elles retracent les idéogrammes symboliques de la résilience féminine.

Un jour, un ami m’a dit que “nous sommes nés dans un lieu, mais au cours de la vie, nous trouvons nos lieux du cœur où nous savons que nous pouvons toujours revenir”. Je crois avoir trouvé le mien, celui qui me manque chaque fois que je n’y suis pas.

Giulia Falcini

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Recent articles

You may also be interested in

When empowerment starts with a doll

The other day, while I was walking through the aisles of a store, I ended up in the stationery section and could not help but to notice the new Barbie

Headline

Never Miss A Story

Get our Weekly recap with the latest news, articles and resources.
Cookie policy
We use our own and third party cookies to allow us to understand how the site is used and to support our marketing campaigns.

Hot daily news right into your inbox.